Daniel Roseberry, les nouveaux yeux d’Elsa

Portrait de la créatrice Elsa Schiaparelli à gauche et défilé Schiaparelli par Daniel Roseberry à droite. Teddy Piaz/Archives Schiaparelli/Giovanni Giannoni/Schiaperelli

Le créateur Américain Daniel Roseberry discover plus loin le monde d’Elsa Schiaparelli mais aussi celui de grands noms de la création qu’elle a profondément influencés.

Lorsque, fin 2017, se sont engagées les premières discussions entre le Musée des arts déco et le propriétaire de Schiaparelli, Diego Della Valle, on ne peut pas dire que la maison exhumée de l’histoire en 2012 soulevait les foules. Cinq ans plus tard, elle est devenue pour les jeunes générations celle qui habille Bella Hadid (sur la Croisette) et Woman Gaga (lors de l’investiture de Joe Biden). Derrière ce revival, l’Américain Daniel Roseberry nommé à la tête de la création en 2019 et du ache bénit pour Olivier Gabet qui confirme que «c’est grâce à Daniel qu’aujourd’hui, tout le monde nous félicite d’avoir eu l’idée de monter cette exposition maintenant».

«À mes débuts dans la maison, personne ne parlait de surréalisme et de mode. Aujourd’hui, c’est comme si à chaque interview, les journalistes voulaient faire un article sur les bijoux surréalistes, le surréalisme sur le tapis rouge, le surréalisme dans les accessoires et pourquoi le surréalisme est si compétitif maintenant, and many others.», confirme…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81{7f51ac40f6214d9cc962c00cd1c80ca1639aba1a1e3c5bebbfbfbe6307cdff68} à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Leave a Reply